Trait de separation
Trait de separation
Partager
Trait de séparation Commentaires
  • Cher Vincent,
    D’accord avec votre dernier courrier
    merci
    mais lisez ce mail transféré
    et... signez peut-être !?
    bien amicalement,
    Didier Tronchet

    Objet : Amazonie : l’appel au secours

    Chères amies, chers amis d’Avaaz,

    Les Kichwa de Sani Isla nous appellent à l’aide pour empêcher le gouvernement équatorien de transformer leur forêt, la forêt amazonienne, en champ pétrolifère. En attirant l’attention des médias sur ce scandale, nous pouvons faire en sorte que le président Rafael Correa respecte les lois pour l’environnement et ainsi stopper la
    ruée vers l’or noir en Amazonie. Signez la pétition maintenant :

    Au cœur de l’Équateur, une grande firme tente de transformer la plus belle des forêts vierges en un champ de pétrole. Le peuple Kichwa (les Quechua d’Équateur) résiste avec bravoure et vient de nous appeler à l’aide pour sauver leur terre natale.

    Cette communauté a signé un texte pour s’engager à ne jamais vendre ses terres, où chassent les jaguars et où un seul hectare peut héberger une biodiversité plus importante que toute l’Amérique du Nord ! Mais le gouvernement équatorien tente d’acheter leur silence pour ouvrir 4 millions d’hectares aux grandes compagnies pétrolières. Le président Correa est en ce moment-même en pleine bataille électorale et il mise sur son image de
    défenseur de l’environnement et des peuples indigènes. Si nous parvenons à faire comprendre au monde entier que son programme n’est pas si “vert” qu’il le prétend et à propulser la protection de l’Amazonie à la une du débat électoral équatorien, nous pouvons stopper net cette ruée vers l’or noir.

    Jusqu’ici, le peuple Kichwa tient bon avec courage mais les grandes firmes pétrolières peuvent arriver à tout moment pour démarrer les forages. Les Kichwa nous appellent à l’aide pour sauver leur Amazonie, notre Amazonie. Signez cette pétition et parlez-en à tous vos amis. Avec un million de signatures, nous pourrons attirer l’intérêt des journalistes du monde entier sur cette question et créer une déferlante médiatique qui forcera Rafael Correa à faire marche arrière :

    http://www.avaaz.org/fr/petrole_en_...

    Suite à la pollution des eaux équatoriennes par Texaco et d’autres grandes compagnies pétrolières et à la destruction de précieux écosystèmes, Rafael Correa avait été le premier dirigeant au monde à reconnaître les droits de « Mère Nature » dans la Constitution. Il avait même déclaré que « l’Équateur n’est pas à vendre » et promu une initiative novatrice dans le Parc national Yasuni, où la communauté internationale finance la non-exploitation
    des gisements pétroliers et ainsi la protection de la forêt vierge. Aujourd’hui, il est à deux doigts de retourner sa veste.

    Détail scandaleux : le territoire des Kichwa se situe en partie dans le Parc national Yasuni. Mais le projet de Rafael Correa est encore plus incroyable : dans quelques jours, des hauts fonctionnaires se rendront dans les grandes capitales mondiales pour proposer aux investisseurs étrangers d’extraire le pétrole sur 4 millions d’hectares de forêt (soit plus que la surface des Pays-Bas !). L’Équateur, comme tous les pays, a le droit d’exploiter ses ressources naturelles, mais même sa propre Constitution précise qu’il doit respecter les droits des peuples indigènes et de leur magnifique forêt, qui rapporte chaque année des millions de dollars à l’Équateur grâce au tourisme.

    Aujourd’hui Rafael Correa est pris dans une rude bataille pour sa réélection. C’est le moment parfait pour lui rappeler ses promesses en matière d’environnement et le contraindre à respecter sa Constitution verte. Signez maintenant pour soutenir les Kichwa et sauver leur forêt :

    http://www.avaaz.org/fr/petrole_en_...

    Année après année, les membres d’Avaaz se battent pour protéger l’Amazonie au Brésil et en Bolivie. En soutenant les communautés indigènes, nous leur avons fait gagner de nombreuses victoires. Aujourd’hui, ce sont les Équatoriens que nous épaulons. Répondez à notre appel urgent pour sauver leur forêt.

    Avec espoir et détermination,

    Alex, Pedro, Alice, Laura, Marie, Ricken, Taylor, Morgan et toute l’équipe d’Avaaz

    Pour en savoir plus :

    En Equateur, les indigènes refusent le pétrole (Novethic)
    http://www.novethic.fr/novethic/pla...
    e.jsp

    Reconnaître les droits de la Nature : un nouvel outil législatif pour les forêts tropicales d’Equateur (FNE)
    > > http://www.fne.asso.fr/fr/reconnait...
    tropicales-d-equateur.html ?cmp_id=37&news_id=12521

    En Equateur, la biodiversité à l’épreuve de la solidarité internationale (Le Monde diplomatique)
    http://www.monde-diplomatique.fr/20...

    Pétrole : menaces sur l’Amazonie (France info)
    http://www.franceinfo.fr/monde/petr...

    Equateur : les indigènes font plier Texaco (La Vie)
    http://www.lavie.fr/hebdo/2011/3417...

    Equateur, le Parc Yasuni : l’ultimatum écologique (Le Monde)
    http://www.lemonde.fr/idees/article...
    ecologique_1456129_3232.html

    How oil extraction impacts the rainforest (Amazon Watch, en anglais)
    http://amazonwatch.org/news/2013/01...

    Didier Tronchet 31 janvier 2013 19:27
    Trait de séparation
  • Merci de votre réponse.

    Eneffet, unséjour de trois ans en Equateur amène des éléments spplémentaires...

    Il n’en demeure pas moins que Yasuni est une initiative sans précédent qui bouleverse notre conception des ressources naturelles en les universalisant et elle leur donnant plus de valeur en tant que telles qu’en les exploitant.

    Par contre en effet ca ne résoud pas tout.

    Dernière chose sur Correa la personnalisation du pouvoir est du en partie au co texte sud américain (même s’ils n’en ont pas le monopole cf les élections présidentielles ici). Par ailleurs, vous aurez noté que Correa vient de se retirer du pouvoir pour le laisser à son vice pdt le temps de l’élection. Il considère que l’exercice du pouvoir n’est pas compatible avec la qualité de candidat......C’est à noter tout de même...

    j’avais aussi oublié de préciser à quel point j’aimais votre travail d’auteur..voila qui est fait..

    bon we

    vincent

    25 janvier 2013 19:09
    Trait de séparation
  • Cher Vincent,
    Merci de votre réaction, il y a effectivement un réel débat possible.
    Je comprends cette réaction, j’ai moi-même été séduit par cette belle idée en arrivant là-bas, j’étais un chaud partisan de ce jeune président qui bousculait les habitudes. Malheureusement j’ai pu observer une évolution vers la personnalisation du pouvoir, et un reniement des ambitions écologistes (classique quand on est confronté aux données économiques), l’endettement du pays (notamment par rapport à la Chine) qui oblige Correa à chercher des ressources partout, et d’abord dans le sous sol amazonien.

    Les contacts que j’ai pu nouer là-bas m’ont confirmé cette dérive : une amie française travaillant pour le ministère de la culture (dont le mari equatorien a été ministre), et quantité d’opposants de l’aile gauche déçue, ainsi que des journalistes (dont la liberté est de plus en plus menacée - procès répétés du président contre la presse).

    L’un des signes du revirement est que les indigènes regroupés en association très actives qui avaient voté pour Correa au début, se sont tous massivement opposés à lui au dernier scrutin. Le refus des pays occidentaux de l’offre de Correa (compensation de la non exploitation du pétrole) était prévisible. Outre la crise, il y a trop peu de garanties dans un pays comme l’Equateur, parmi les plus corrompus, que l’accord soit respecté.

    La plus efficace défense de la biodiversité amazonienne vient des indigènes, très organisés et très efficaces (procès gagnés). Les témoignages concernant la fibre ecologistes de Correa convergent : il n’en a aucune. Je le regrette, car sur tous les autres plans (notamment sociaux), le pays a bougé, et les progrès depuis sa venue ont été notables.
    L’Equateur reste un pays formidable, mais la fracture entre citadins, montagnards d’un côté et le monde de la Selva (jungle) est nette.

    Je comprends qu’on soit séduit par l’initative de Correa, mais rien ne remplace un séjour de trois années sur le terrain pour en mesurer l’exacte portée.
    Merci de votre courrier, avec toute mon amitié,

    Didier Tronchet

    Didier Tronchet 25 janvier 2013 13:27
    Trait de séparation
  • J’ai acheté deux exemplaires de xxi ce mois ci.

    1 pour la decouvrir et l autre pour offrir.

    j’ai été emballé par le format et le contenu.

    par contre la bd de Tronchet sur l’Amazonie m’a laissé une sensation pénible sur le sort réservé au pdt de l ’Equateur.

    le projet Yasuni qui consiste à ne pas exploiter les ressources naturelles en pétrole qui s’y trouve de sortes à préserver l’environnement et en demandant pour cela une compensation au reste du monde, n’est pas un simple calcul politique. C’est la mise en pratique de la notion de bien public universel.

    C’est une initiative d’un formidable espoir..et au regard du contenu de la bd, Tronchet a à mon avis il a une vision tronquée de ce projet qu’il résume à un calcul politique.

    Par contre, le problème vient, en effet, de ce que les pays du Nord n’ont pas souhaité prendre leur responsabilité en indemnisant l’Equateur...pourtant l’Amazonie approvisionne en oxygène le monde entier...

    que cette initiative place Correa dans une situation confortable car il peut faire le reproche de son échec aux pays du Nord est à mon avis une simple conséquence et non l’origine du projet.

    Ce positionnement m’a bien déçu car le projet Yasuni mériterait un autre regard.

    vincent

    25 janvier 2013 08:11
    Trait de séparation