« Ça réchauffe »

20180223_P8_occupation_exiles_batA_cuisine01_MD«

Tu es facile a dessiner, quelques gribouillis et c’est bon… » Il rigole et nous charrie gentiment, moi, mes coups de crayons et le jeune homme qui a accepté de poser quelques minutes. L’ambiance est chaleureuse et bienveillante dans la grande pièce qui sert de cuisine et de salle à manger, certain.e.s plongé.e.s dans une partie d’échecs quand d’autres découpent et lavent des carottes et des courgettes pour le couscous prévu ce soir.

Discussions en petits groupes et en plusieurs langues autour d’une tasse de café. Le soleil inonde la pièce par les fenêtres qui occupent toute la longueur du mur.

Ca réchauffe. Le soleil, l’occupation.

« Mur par mur, pierre par pierre, nous détruirons les frontières ».

Il fait très froid aujourd’hui, et cela fait un mois, depuis le 30 janvier, que des exilé.e.s et des personnes solidaires occupent le bâtiment A de l’université Paris VIII à St Denis.

Deux grandes banderoles sur la façade le proclame en français et en arabe : « BATIMENT A OCCUPER ». Ici s’invente une réponse collective à l’inhumanité des politiques migratoires françaises et européennes. Ici se pratique l’accueil, l’égalité des droits, « des papiers et un toit pour toutes et tous ».

S. me demande si ça va et nous échangeons un moment, parcours, effrois, cigarettes, clémentines, BD, philosophie du vécu. Des habitant.e.s jouent au foot ou au volley et se détendent sur l’esplanade dans le prolongement du bâtiment A. Puis tout le monde bouge, du matériel à porter, des témoignages à filmer, une réunion à organiser, le diner à faire… autogestion.

Ici se créée une habitation au cœur de l’université par et pour celles et ceux que nous ne savons, ne voulons pas accueillir, un monde sans frontières.

Occupation, soleil, ça réchauffe.

portrait BB2

Béatrice Boubé

Dessinatrice et graphiste, je retranscris dans des carnets que j’expose mon vécu du moment, mes émotions et mes ressentis face aux aléas de la vie, aux rencontres et aux événements du monde qui m’entoure. Mobilisée auprès de familles roms expulsées et vivant dans la rue à Montreuil depuis plus d’un an, je dessine désormais pour témoigner des violences que subissent les éxilé.e.s, les roms, toutes celles et ceux qui ne rentrent pas dans les cases, contraint.e.s de vivre dans nos rues, sans toits ni droits. Page artiste sur FB : https://www.facebook.com/pg/beaboube/photos/

Les dessins précédents