Delicatessen

Katzdeli 2C

’est une journée glaciale de décembre, l’hiver a décidé de se montrer rude à New York cette année-là. Pour le déjeuner je me rends avec une amie dans une des institutions du Lower East side de Manhattan : Katz’s delicatessen.

Dès que nous passons la porte nous sommes immédiatement réchauffés par la promiscuité qui règne au sein de la file d’attente. L’ambiance est conviviale, hors du temps. On nous donne un ticket qu’il ne faut pas perdre car c’est à la fois notre menu, notre commande et à la sortie cela deviendra notre addition.

Le restaurant a ouvert en 1888 et est vite devenu un haut lieu des spécialités juives d’Europe de l’Est : corned beef, pastrami et pickles en tête. Sur les murs, il y a des centaines de photos. Des stars actuelles et d’autres oubliées qui se sont fait tirer le portrait un sandwich à la main. En regardant ces photos on peut reconstituer toutes les époques traversées, notamment la seconde guerre mondiale, quand le restaurant se proposait d’envoyer de la charcuterie aux boys sur le front. J’imagine une mère juive new yorkaise qui achète au comptoir un salami, puis le trajet intercontinental de ce dernier jusqu’au camp militaire où se trouve le fils en uniforme de GI…

Si l’atmosphère est volontairement imprégnée d’une culture juive un peu rétro comme dans un vieux film de Woody Allen, je remarque aussi que la majorité des employés sont latinos et blacks, et que la clientèle vient de tous les horizons. Il me semble entendre toutes les langues et tous les accents résonner dans cette cantine, même du français !

 

Photo Clément Baloup

Clément Baloup

Après avoir sillonné la France, exploré l'Asie du Sud-Est et les Etats-Unis sur la piste des témoins de la guerre du Vietnam (Les mémoires de Viet Kieu tomes 1 et 2), après avoir fait des BD entre reportage et carnet de voyage sur Java, Taïwan, Séoul ou Beyrouth, c'est finalement sur le pas de ma porte, à Gémenos, que j’ai réalisé mon dernier reportage publié dans le numéro 32 de XXI : La bataille des Fralib. Mélange de témoignages et de fiction, mon dernier roman graphique, "Mémoire de Viet Kieu 3 - Les mariées de Taïwan", sorti début janvier 2017, se penche sur le commerce d'humains. Un sujet dur qu'il me semble nécessaire d'évoquer.

Voir en ligne : http://electricblogbaloup.over-blog.com

Les dessins précédents