Retrouvailles chez les Himbas

chévre.tiffI

ls m’ont demandé de tenir les pattes pendant l’étouffement de la bête, le reste est allé très vite. Et comme ils n’ont pas eu envie de s’embarrasser d’un novice pour la découpe, j’ai pu reprendre mon carnet…

La nuit noire est tombée aussi vite que d’habitude et trois semaines après le début du voyage, j’ai encore du mal à m’y faire. La région n’a pas l’électricité, alors je m’accroche au peu de lumière que le feu m’envoie pour croquer la découpe de la chèvre. Je fais ce que je peux, je découvrirai mon dessin demain…

Je me demande ce que peut bien être ce grand morceau blanc, qu’ils ont extrait de la bête et soigneusement mis de côté sur la branche, à l’abri des chiens, on dirait de la graisse…

Solenn, assise à deux pas, en train d’allaiter Zélie, m’explique que la graisse est une gourmandise pour les Himbas. La chèvre a été tuée en son honneur. C’est la première fois depuis des années qu’elle retourne sur cette terre aux confins de la Namibie, région où elle a été adoptée il y a plus de 20 ans.

Elle est venue présenter à sa famille adoptive Zélie, sa fille de sept mois, ainsi que Georges, son mari. Il lui fallait aussi prendre connaissance de la nouvelle structuration de sa famille depuis la mort de son père adoptif… Et elle n’est pas au bout de ses surprises : ce petit bébé blanc qui n’a ni patriclan ni matriclan vient réellement bousculer le cadre ancestral de la filiation.

Les jours à venir promettent de longues discussions… Discussions pendant lesquelles je devrais avoir du temps pour dessiner, parfait !

auton539.jpg

Simon Hureau

Après des études graphiques dans le grand Est et une jeunesse normande, Simon bricole dans son coin sur les bords de Loire. Il publie de temps en temps, le plus souvent, des albums de bande dessinée, parfois des livres pour enfants, voire des pages pas tout à fait étrangères aux carnets qu'il remplit lors des quelques voyages qui parviennent à le sortir de son atelier. Le dernier en date ("Rouge Himba", éd. La Boîte à Bulles), relate une immersion chez les Himbas en compagnie de la géographe Solenn Bardet, spécialiste de leur culture depuis 25 ans.

Les dessins précédents