J’ai deux amours…

arton1152.jpgC

e colosse qui arbore fièrement une croix catholique à son cou s’appelle Antonio.
Il passe ses journées d’été en short et en tong avec quelques copains au bord de la rivière Bregava en amont de Stolac, une petite ville à une quarantaine de kilomètres de Mostar, dans la partie sud de la Bosnie-Herzégovine. Ils y ont établi une espèce de campement avec une table et deux bancs fabriqués avec des traverses de chemin de fer en béton.

Antonio est en train de décortiquer une tête de mouton rôtie qu’il a dû avoir pour rien chez le boucher du coin. Des légumes sont déjà découpés dans un plat. Un feu de bois a été préparé sur une grille.

Antonio est né en 1972.

Il avait 20 ans lorsque le conflit en ex-Yougoslavie a éclaté dans sa région.

Il a passé sept ans comme militaire dans l’armée bosniaque.

Pas de travail, pas de maison, pas de femme, pas de sexe. Ainsi se résume la vie d’Antonio et celle de ses copains.

Catholiques, musulmans, orthodoxes, anciens compagnons d’armes ou adversaires, ils ont quarante ans aujourd’hui et les enjeux qui ont présidé à la guerre entre 1992 et 1995 sont toujours actuels.

À part une balle qui lui a traversé le corps et un outil multifonction qui fait pelle, scie, hache et marteau, les sept années passées par Antonio dans l’armée ne lui ont rien apporté.

Ni pension, ni maison. Le déclassement.

D’autres en ont profité. Pas lui, ni ses copains.

Il a un métier, il est carrossier, mais il n’y a pas de travail.

Il y a quelques années, Antonio a écrit et publié à compte d’auteur un recueil de poésie. Sur la couverture maladroitement dessinée, une vue de Stolac et le portrait d’une jeune fille. Le contenu des textes pourrait se résumer à : “J’ai deux amours”…

Il est allé chercher dans sa voiture le dernier exemplaire qu’il lui restait.

Et me l’a offert en disant: « Le prochain recueil que je vais écrire, c’est toi qui en fera les dessins ». »

Propos recueillis par Marion Quillard

Ferrandez@Gallimard tiny

Jacques Ferrandez

Dessinateur et scénariste, Jacques Ferrandez est né en 1955 à Alger. Ancien élève de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs, il publie pour la première fois en avril 1978 dans la revue "À suivre". En 1987, il met en chantier les "Carnets d’Orient", sa grande fresque sur l’histoire de l’Algérie, de la conquête à l’indépendance. A partir de 1998, il se frotte à la bande dessinée de reportage avec des carnets sur l’espace méditerranéen, la Syrie, Istanbul, l’Irak, le Liban, la Bosnie-Herzégovine et Retours à Alger (éd. Casterman). Après avoir adapté "L'Hôte et l'Étranger" d'Albert Camus (éd. Gallimard), il est revenu à la BD reportage avec "Frères de terroirs" en compagnie du chef Yves Camdeborde (éd. Rue de Sèvres). Viennent de paraître "Le premier homme", chez Gallimard, une adaptation du roman posthume d'Albert Camus, et son complément en forme d'autoportrait, "Entre mes deux rives", publié au Mercure de France.

Les dessins précédents