Là-bas, c’est le vide

arton1173.jpgC

’était un dimanche après-midi pluvieux, sur la montagne qui fait face à Quito. Un match de foot sur un terrain très long mais très étroit, presque une piste d’athlétisme. Dans ces Andes volcaniques, il n’y a pas la place pour construire de vrais terrains… Alors les Équatoriens jouent partout où c’est possible.

Ils portent fièrement des maillots de grands clubs européens. En arrivant, j’ai cru assister à un match Manchester-Barcelone. J’aime la passion que les Sud-Américains mettent dans le football. Rien ne les arrête, ni les conditions météo épouvantables à la saison des pluies ou sous la canicule, ni le peu de place que leur laisse la montagne.

Là-bas, derrière la ligne de touche à l’opposé, c’est le vide. Le flanc de montagne plonge dans la vallée. Et ça remonte de manière aussi abrupte vers le plateau de Quito, noyé dans la brume.

Quand le ballon sort du terrain, la plupart du temps il est perdu, et roule tout en bas. »

Propos recueillis par Marion Quillard

auton294.jpg

Didier Tronchet

A raconté son séjour sud-américain de trois ans d'abord dans la revue XXI, puis dans un gros album de BD où les tranches de vie d'un exilé volontaire font alterner les séquences drôles et tragiques dans un joyeux mélange qui donne une idée personnelle et éblouie du continent. Ça s'appelle "Vertiges de Quito" et c'est publié aux éditions Futuropolis.

Les dessins précédents