La causerie

BurkinaFaso_SSI_enfants04L

ors de ma visite au Samu social de Ouagadougou, j’ai assisté à « La Causerie »: un moment où les enfants hébergés au centre racontent ce qu’il se passe dans leur vie. Un travailleur social ou un psychologue les rassemble et ils parlent chacun à leur tour, librement.

Ce jour-là c’est l’animatrice Tantie Monique, qui les écoute et leur pose des questions. C’est une bonne méthode de communication pour ces gamins qui viennent de la rue, souvent desocialisés, drogués et traumatisés par les violences qu’ils ont subi. Il est très difficile de les faire parler. Pendant « la Causerie », ils n’ont pas l’impression de subir un interrogatoire de la part des adultes du centre.

C’est l’occasion aussi pour les travailleurs sociaux de faire de la sensibilisation contre les drogues, la délinquance, les gangs qui risquent de les enrôler…

Un des employés du centre m’a justement apporté des dessins réalisés par les enfants lors d’une causerie sur le thème de la drogue. Ces dessins prouvent qu’ils en connaissent un rayon.

J’ai de la chance, ils ne me remarquent pas tout de suite. Je profite de ce moment de grâce pour m’exprimer pleinement. Evidemment, je finis par me faire repérer et mon carnet perturbe la causerie. Lorsque je range mon matériel, Tantie Monique m’interpelle. Elle aussi veut voir mes dessins. Je lui montre tout mon travail, les enfants s’attroupent. Ils sont très enthousiastes et finissent par prendre la pose d’eux-mêmes!

AUDE

Aude Massot

Je suis née en 1983 aux Lilas et j’ai habité à Bruxelles où j’ai eu la chance d’étudier le métier de dessinatrice de bandes dessinée. J’adore voyager, rencontrer, croquer, et j’ai pris goût pour le reportage. En 2016, je suis allée en immersion au Samusocial de Paris. J'ai raconté cette expérience dans « Chronique du 115 » aux Editions Steinkis. Ce fut pour moi l’occasion de démarrer une enquête sur l’exclusion dans la société contemporaine. J'ai poursuivi en 2017 ce travail d’investigation sur le Samusocial international. C’est ainsi que j’ai rencontré les enfants des rues de Ouagadougou.

Les dessins précédents