La décharge et le paysan

dechargeP

ar une journée d’hiver, un ami et moi cherchons à photographier une décharge aperçue depuis la route. Nous grimpons une butte pour contourner les palissades qui cachent le site de la vue des curieux. Arrivés au sommet, nous sommes fascinés : une mer de déchets s’étend sous nos yeux. Au milieu vogue un bulldozer noyé dans un nuage de poussière.

Coincée entre la déchetterie, l’autoroute et la ligne de chemin de fer, une ferme est érigée là. Surpris de nous trouver à la lisière de son champ, l’agriculteur nous autorise à traverser ses terres pour « admirer » la vue. Il nous parle de ces déchets qui lui pourrissent la vie, de l’odeur, des allées venues du bulldozer, et de ses vaines tentatives de contenir les nuisances.

Le site recueille des rejets industriels. Officiellement, il s’agit de « déchets non dangereux » mais la décharge se dresse sur d’anciens marécages. Juste en dessous, s’étire une importante nappe phréatique. Le paysan est inquiet. Il craint les gaz qui pourraient s’échapper des ordures et polluer le sol. Qu’arriverait-il à ses vaches si son herbe était contaminée ?

 

Pierrick Guigon ok

Pierrick Guigon

Autodidacte, je suis né en 1989. Je me nourris d'images de toutes sortes, me passionne pour les paysages quotidiens et leur métamorphose. J'illustre pour la presse, m'adonne au dessin politique, à la gravure, la photographie et planche actuellement sur des projets en bande dessinée.

Voir en ligne : http://commesuit.tumblr.com

Les dessins précédents