La filature

okL

‘été dernier, pour un projet de bande dessinée autour du thème de la filature, j’ai commencé à suivre des gens dans la rue.

Ma première filature est celle d’un homme, choisi au hasard aux environs du métro Marcadet-Poissonniers, dans le 18ème arrondissement de Paris. C’est un jour de marché et les rues sont pleines d’étals, de passants et de vendeurs à la sauvette. Il commence par se diriger vers un distributeur automatique de billets, se range dans la file d’attente. Son tour arrive, puis il part dans une autre direction.

Son téléphone portable sonne; il décroche, et entame une discussion animée – il me semble qu’il est mécontent; mais je n’en saisis pas plus, du fait de mon éloignement, mais surtout parce que je ne comprends pas la langue dans laquelle il parle.

Nous continuons à marcher et il se plante devant la bouche d’une station de métro. Après un instant d’hésitation, il finit par s’y engouffrer. Je décide d’arrêter là la filature… la suite restera une énigme!

portrait_pina_chang

Pina Chang

Je suis née en 1982 au Panama, d'un père panaméen et d'une mère française. Je fais surtout de la bande dessinée; une bonne partie de mes travaux a été publiée sous forme de recueil (Visiter tous les pays, aux éditions Na), et je participe de temps en temps à des revues collectives (Strapazin, Kultur&Gespenster, Kuti...) ou réponds à des commandes d'illustration (exposition Les passagers du Grand Paris Express, au MAC VAL). En ce moment, je travaille à mon deuxième livre ainsi qu'à une série d'histoires courtes.

Voir en ligne : grandpapier.org/pina-chang

Les dessins précédents