La petite fanfare

dessinsaisonD

ans mon petit village des Landes, les enfants de l’école de musique sont orientés vers les cuivres : trompettes, trombones et saxophones. Cela en vue de favoriser le renouvellement des orchestres locaux, les « bandas ». En regardant cet enfant jouer du trombone, j’ai été frappé par  le contraste entre le côté martial et puissant du cuivre et la ribambelle de jouets ; entre l’énergie requise pour souffler dans l’instrument, et le T-shirt Spider Man…

En raison de la proximité de l’Espagne, les fanfares portent souvent des noms castillans, qui donnent un aperçu de leurs dispositions : los Cumbacheros, los Divinos, los Arsouillos… Elles jouent pour le 11 novembre ou bien pour la maison de retraite du coin. La haute saison est durant l’été, au 14 juillet.  Leurs airs sont ceux de toutes les petites fanfares, un peu de Mexique par-ci, un peu de Basque par-là. Quelque chose hors de la mode, qui a l’avantage de réunir les générations.

auton194.jpg

Jean Harambat

Je suis né en 1976 dans les Landes où je vis actuellement. Après des études de philosophie et de commerce, puis diverses activités à l’étranger - notamment comme logisticien pour Action Contre la Faim au Libéria-, je me consacre à l’écriture et au dessin depuis 2004. Tour à tour reporter ou dessinateur, je collabore avec Le Monde 2, Géo, le quotidien Sud Ouest. En septembre 2008, j’ai publié chez Futuropolis ma première BD : Les Invisibles.

Les dessins précédents