La vie n’est pas une évaluation

Gonzalez Elisa Dessin du lundi 1O

n te l’a souvent dit et répété, petit frère, et le plus souvent, tu lèves les yeux au ciel : ton 8 en musique ne va pas t’empêcher de vivre. Ta vie ne sera jamais notée sur 20. Elle ne s’arrête pas à une évaluation. La mienne non plus d’ailleurs.

Ce n’est pas un mauvais semestre en design d’objet qui fait que je ne serai jamais illustratrice (n’en déplaise à Mme C.). Ce n’est pas un mauvais dessin de chaise standardisée qui va déterminer ma carrière. Du moins, je ne l’espère pas. Si c’est le cas, je n’ai plus qu’à élever des lamas au Pérou.

Non, bonne ou mauvaise note, peu importe. L’essentiel, c’est de comprendre comment mieux s’y prendre la prochaine fois. Se prouver que l’on peut y arriver. Toi, tu glanderas peut-être un peu moins, tu sauras jouer de la flûte. Et moi, je dessinerai une chaise qui tient la route, et j’aurai plus envie encore de raconter des bêtises avec des croquis (parfois) moches, mais amusants.

En attendant, petit frère, ne mets pas tes coudes sur la table et finis ton assiette.

photo elisa

Elisa Gonzalez

C'est en l'an de grâce 1994 que naquit un vaillant petit lardon aux grandes oreilles qu'on appela Elisa. Passant sa plus tendre enfance à dessiner sur les murs (et le sol, et les meubles), elle comprit vite qu'elle ne pourrait jamais être dresseur de kiwis et décida de s'orienter vers un bac littéraire. Depuis, elle élabore soigneusement son plan de domination du monde en parallèle de ses études en illustration à l'école de Condé.

Les dessins précédents