La Vierge à roulettes

arton1345.jpgC

e matin, je viens dessiner la Vierge à roulettes du parc de l’Alameda à Quito, en Équateur. Elle est toujours à la même place, en face de machines de musculation et de vendeuses de salades de fruits. Des piétons, hommes, femmes, jeunes ou vieux, pauvres ou riches, se signent devant elle, lui laissent parfois une petite pièce.

C’est l’« hiver », une saison de giboulées intenses. Une capote vert foncé garnie d’une bâche transparente sur le devant et les côtés laisse apparaître la poupée sacrée : une Marie miniature, vêtue d’une large robe violette en velours et brodée de doré, entourée de rideaux assortis et de grosses fleurs en plastique. Kitsch bienheureux.

Mais lorsque je reviens l’après-midi, la bâche-parapluie a disparu. Je dessine la Vierge à travers sa vitrine.

Le soir, un monsieur l’emporte hors du parc, la poussant comme un caddie. Jusqu’où ? Chez lui peut-être. Demain en tout cas, elle aura retrouvé sa place, face aux salades de fruits. »

auton522.jpg

Alice Bossut

Née en 1984, diplômée des Beaux-Arts de Bruxelles en illustration, je dessine, écris, travaille en gravure, en scénographie, et donne des ateliers autour du livre. Installée en Équateur depuis un an, je m'intéresse aux légendes ancestrales, qui ont donné matière à un livre récemment auto-édité, "Mama Cotacachi & Taita Imbabura".

Voir en ligne : www.alicebossut.tumblr.com

Les dessins précédents