Laisse-les tels que tu voudrais les trouver

arton1162.jpgC

ontrairement à beaucoup de dessinateurs, je n’ai pas le réflexe d’emmener partout avec moi un carnet de croquis et de le dégainer à la moindre occasion. Mais en juillet 2005, je faisais mon service militaire dans le camp de Burdur, dans le sud-est de l’Anatolie. Ça n’a duré que vingt-et-un jours parce qu’en tant que Turc vivant à l’étranger, le gouvernement nous permet de ne pas faire les dix-huit mois réglementaires si l’on paie une forte somme (à l’époque, c’était 5 000 € !). Les appareils photos étaient interdits, il fallait passer le temps, et le dessin est devenu la seule échappatoire.

Ce petit carnet de 9 x 14 cm m’a soustrait de la compagnie souvent embarrassante de mes compagnons. A chaque occasion, entre chaque entraînement ou conférence, j’ai pris des notes et dessiné des soldats en train de fumer, boire du thé, s’ennuyer, bavarder, dormir. Et aussi des éléments du décor, des casernes, la cour, le dortoir… Et bien sûr, je n’ai pu m’empêcher d’immortaliser l’état déplorable des toilettes.

L’inscription sur la porte disait, en turc : « Laisse-les tels que tu voudrais les trouver »

Propos recueillis par Marion Quillard

auton75.jpg

Emre Orhun

Emre Orhun, 31 ans, est né à Pékin. Il a ensuite vécu à Stockholm, Ankara, Belgrade, Bruxelles et Oslo. Diplômé de l'école d'illustration Émile-Cohl, il réside et travaille aujourd'hui à Lyon. Il a notamment illustré chez Actes Sud Junior deux contes de Nacer Khémir, Le Chant des génies et La Quête d'Hassan de Samarkand, ainsi que, en livre-CD, Peer Gynt.

Voir en ligne : http://www.emreorhun.com/

Les dessins précédents