Le Barcelone perdu

lapin_#lostpoblenou_prouhotelÀ

El Poblenou, l’un des quartiers du district de San Marti à Barcelone, l’ancienne imprimerie du journal La Vanguardia a laissé place à une plaie béante. Au creux de cette blessure des temps modernes, les fondations d’un hôtel d’une dizaine d’étages prennent doucement racines. Face aux modestes logements ouvriers construits au début du 19ème siècle et aux façades historiques des usines en voie de disparition, l’édifice en construction est un monstre disproportionné. Bientôt le nombre de lits touristiques dépassera celui des habitants du quartier. En signe de protestation, les revendications des riverains fleurissent sur les murs : « stop hotels », « poblenou en lluita » ou « tourist go home »…

Dix ans maintenant que j’ai posé mes valises à Poblenou, le Manchester espagnol. Depuis deux ans, je sillonne Barcelone en me basant sur le plan Cerdà. Proposé en 1860 dans le cadre d’une réforme d’aménagement et d’extension urbaine, il établit un périmètre quadrillé à échelle humaine, de 10 blocs sur 10. Tabouret pliant sous le bras, un vieux carnet de comptabilité chiné au marché aux puces tout proche, ma boite d’aquarelles et mon feutre noir dans la poche, je suis prêt à dégainer et je croque dans mes carnets les façades d’usines, de commerces et de logements ouvriers voués à la destruction. Des moments durant lesquels j’ai pu apprécier la métamorphose de la ville, en prise à l’afflux massif de touristes et à la modernisation. Un phénomène à échelle inhumaine lui : la gentrification. Je me suis fait un devoir de documenter cette perte d’identité, d’en faire un travail de mémoire que j’ai intitulé #LostPoblenou.

 

 

lapin_portrait_02_©sylvain_granjon

Lapin

Né en 1981, Lapin vit à Barcelone et remplit de son quotidien ses carnets: environ 190 calepins archivant rencontres, voyages et tranches de vie. Il est illustrateur pour la presse, la mode, la publicité, et participe à la communauté “Urban Sketchers” depuis sa fondation en 2008. Lapin enseigne l’art du croquis in situ lors de workshops et conférences. Il a publié plusieurs fac-similés de ses carnets. Ce dessin est extrait de son livre "Poblenou, atlas ilustrado de un barrio industrial".

Les dessins précédents