Le falò de San Antonio

varese 2013 falò di sant'antonio mottaD

ans la tradition rurale italienne, le feu a une très grande importance, car il est profondément lié à la vie des paysans. Au début de l’année, on lui rend hommage par durant la cérémonie des“falò”. C’est un vra spectacle. On brûle l’an passé pour accueillir celui qui s’ouvre, en souhaitant que les champs donnent de bonnes récoltes. On construit pour cela d’énormes meules de foin, dans lesquelles on installe une vielle dame, “la vecchia”. C’est une sorte de sorcière qui symbolise l’an passé. On brûle la brûle avant de manger tous ensemble. Les paysans offrent à boire et à manger à ceux qui veulent participer à la fête.

Cette année, j’ai assisté au falò dans ma ville de naissance, Varèse. Contrairement a la plupart des feux qui ont lieu à la campagne, celui-ci est allumé en plein coeur de la ville, en face de la grande église de Saint Antoine.

Je ne sais pas quel sera le destin de ce falò.

Cette année, certains regions et collectivités territoriales rechignent à accorder des permis pour allumer ces feux même dans la campagne. Cela, à cause de la menace terroriste qui plane sur l’Europe.

De plus en plus, nos fêtes traditionnelles sont transformées en manifestations sécuritaires. Nous, Italiens, avons le sentiment qu’on veut nous obliger à abandonner peu à peu, nos traditions. C’est comme si on nous arrachait une part de nous même, un bout de notre identité.

Est-ce une étape obligatoire du monde qui vient?

 

 

Chiara Dattola

Née en 1978 en Italie, je considère Paris comme ma deuxième maison. Je travaille comme illustratrice pour des magazines français et éditeurs jeunesse. Je suis aussi professeur d’illustration à Milan, où je vis actuellement. Dans mes vies précédentes j’ai sûrement été boxeur, ou peut-être Gengis Khan. www.chiaradattola.com

Les dessins précédents