Le fil de sa vie

AlbinlaffayL

’été dernier, je suis parti en vacances en Espagne avec Pierre, un vieux pote de lycée, chez ses grands-parents, Chantal et Robert. Robert est un grand homme fin, vouté du haut de ses 80 ans. Les yeux bleus clairs, la barbe rasée de près, il arbore un visage qui peut sembler grincheux. Commercial, il a parcouru le monde pour son travail et est tombé amoureux de la petite ville d’Altéa, dans la province d’Alicante. Il a téléphoné à tous les « Monsieur Bernard » de France, en les cherchant un par un dans l’annuaire, pour retrouver le propriétaire de la maison qu’il voulait racheter.

Robert est amateur de parties de pêche, l’un des rares moments qu’il partageait avec son propre père et qu’il aime partager avec les siens. Il me gronde un peu pour avoir mal lancé ma ligne et emmêlé les fils. Puis s’assied sur une chaise pliante. Quand un poisson mort à l’hameçon, Robert le relâche, ou l’offre à la dame aux chats du quartier. Le regard tourné vers l’horizon, il préfère se remémorer des souvenirs de jeunesse : des épisodes de la guerre d’Algérie, sa rencontre avec sa femme, à 20 ans, et comment il a dû faire des pieds et des mains auprès de ses futurs beaux-parents pour surmonter l’écart social qui le séparait d’une jeune fille de bonne famille… Une véritable pêche aux histoires.

ALBIN TETE

Albin Laffay

Né en 1989 au milieu de vaches rouennaises et donc hautement normandes, je me suis nourri avec boulimie de boeuf, de jeux vidéo, de films et d'images en tout genre. Mais à force de tout avaler sans rien recracher , mon estomac dans lequel tout s'était mélangé a fini par se répandre sur des feuilles de papier que je présente chaque semaine aux professeurs de la section Illustration de l'école de Condé a Paris.

Les dessins précédents