Les petites icônes de Riga

13U

ne lumière pâle éclaire les rues glaciales de Riga. En collant mon nez contre la vitrine des cafés et en me réfugiant dans un grand centre commercial, je comprends où tout le monde a disparu.

 

Au loin, j’aperçois d’immenses hangars. Dehors s’alignent des petits stands: noix, potirons, poissons séchés, couronnes de fleurs. Des étalages entiers de manteaux de fourrure, chapkas et toques dessinent la silhouette d’un gigantesque animal poilu. Des gants qui s’accumulent, des dizaines de paires de bottes fourrées… Le marché de Riga est situé au bord du fleuve Daugava, dans le quartier russe de Maskavas.

 

A l’intérieur, tout est divisé en sections: les fruits et légumes, les poissons et le précieux caviar, le pain et les pâtisseries. Les halles sont reliées entre elles par de longs couloirs qui évitent de ressortir dans le froid de l’hiver.

 

J’achète deux petites icônes miniatures dorées dans une boutique d’objets religieux. L’une est « Sainte Johanna », indique une étiquette collée au dos. Je paye avec des pièces brillantes, toutes neuves. La Lettonie vient de passer à l’euro : les commerçants cherchent encore la monnaie.

portrait-amelie-fontaine

Amélie Fontaine

Amélie Fontaine est née en 1987 à Soissons. Elle vit et travaille à Paris. Après des études de graphisme, elle entre aux arts décoratifs de Paris où elle apprend la sérigraphie et la gravure. Elle travaille depuis comme dessinatrice, pour la presse (Libération, le Monde, Feuilleton, Desports...) et l’édition jeunesse. Elle a réalisé plusieurs albums, dont Les Chroniques de la pampa avec Gwénaël David, Les animaux manient les mots avec Gauthier David aux éditions hélium, et Les rêvent se cachent-ils sous ton oreiller? avec Anne Terral aux éditions Autrement.

Les dessins précédents