« Ment-il effrontément ? »

boisJ

‘habite dans le Calvados, dans un village proche d’Ouistreham. Un matin de mars, je lis dans le journal Ouest-France les propos du maire d’Ouistreham affirmant que personne ne dort dehors sur sa commune. Je suis perplexe. Qui peut encore croire ses propos ? Ne veut-il rien voir ou ment-il effrontément ? Le samedi suivant, j’assiste à la distribution de repas et de vêtements effectuée par le collectif d’Aide aux migrants d’Ouistreham, puis je me rends dans le petit bois le long du chemin de halage. Pendant une heure, armée de mes rudiments d’arabe et de mon dictionnaire, je discute avec les gars qui se réchauffent autour d’un feu. Couverture de survie, matelas et duvets témoignent de leur nuit passée sur place. Certains ont été hébergés chez des habitants et sont revenus tôt ce matin. « Moi, je dors là parce que c’est la nuit qu’il y a le plus de camions », me confie Kamal* dans un français approximatif. « Je veux bien rester en France si tu me donnes des papiers mais si je demande l’asile on va me renvoyer en Italie » me dit Mohamed*. Un autre jeune arrive et s’allonge directement dans un duvet. Il est très fatigué, la vie n’est pas facile se lamente son copain. Petit à petit, le groupe s’élargit, l’un revient avec des gants, l’autre avec un pantalon, un troisième avec du lait qu’il tente de réchauffer sur le feu. Ils sont surpris de ma présence, les premiers les rassurent. Je m’étonne de les voir couper les étiquettes avec code barre des vêtements : ils imaginent qu’il y a un GPS à l’intérieur ! Mes explications sur les antivols ne les convainquent qu’à moitié. Au moment de partir, tous me serrent la main et me remercient chaleureusement. De quoi exactement?

*Les prénoms ont été modifiés

photographe

Joèle Aveline

Je suis retraitée, le dessin est un de mes loisirs. Je m'amuse à faire des albums pour mes petits enfants. J'ai aussi fait de nombreux portraits pendant un long séjour à vélo en Casamance, pour offrir aux amis rencontrés au hasard de mes pérégrinations . Le dessin m'aide à exprimer des émotions. J'ai réalisé une chronique illustrée pendant le traitement d'un cancer qui a été publiée gratuitement . La situation des migrants me touche beaucoup. En les dessinant je leur donne une identité.

Les dessins précédents