Nous sommes et restons des Abadaringi

arton1392.jpgA

u Rwanda, dans la paroisse de Nyundo, entre les collines vertes qui séparent les eaux du Nil et du Congo, et les terres de lave fertiles à l’ombre des volcans, se trouve la seule école des Beaux-Arts du pays.

Dans les années 90, avant le génocide, j’enseignais le dessin là-bas. Je m’asseyais souvent dans le jardin des frères, près de la salle polyvalente, pour assister les élèves qui dessinaient les arbres et les plantes. C’était, et c’est toujours un endroit inspirant : les oiseaux, le paysage et la rivière Sebeya qui s’élargit et gronde quand il y a trop de pluie…

Maintenant je dessine les élèves qui s’exercent sous la surveillance de la nouvelle prof, Anaïs.

Je ne peux, je ne pourrai jamais me séparer de cette école. J’y retourne de temps en temps, et en ce moment je travaille sur un livre qui racontera l’histoire de ses habitants : les ouvriers, les frères des écoles chrétiennes, les voisins. Et l’histoire des anciens élèves. Ceux qui ont fait leur vie au Rwanda, ceux qui résident en Europe. Il y a une semaine, on a organisé en Flandre la première réunion des Abadaringi, les élèves de l’école des Beaux-Arts – au moins ceux d’avant 1994. Certains ont comme moi la chance d’y retourner de temps en temps, d’autres se sont refugiés en Europe sans espoir, courage ou envie d’y retourner. Mais tous, nous sommes et restons des Abadaringi.»

auton323

Jeroen Janssen

Né en Belgique, en 1963, il fut clair dès la maternelle que Jeroen Janssen n’était pas fait pour autre chose que le dessin. Mais il n’en vit pas uniquement. Pour faire bouillir la marmite, il a été aide dans la psychiatrie, chauffeur, jardinier, facteur... Actuellement, il est assistant bibliothécaire. Après un séjour de cinq ans au Rwanda comme enseignant aux Beaux-Arts, il a publié plusieurs albums, dont « La Revanche de Bakamé » (La Boîte à bulles) en 2010 et « Doel » en 2013. Son dernier récit graphique, "Abadaringi" parle d'art, du Rwanda, de génocide et de diaspora. Publié en néerlandais 2016, il est à la recherche d'un éditeur étranger ! Depuis peu, Jeroen a repris ses carnets pour donner des nouvelles de Doel et de ses habitants. Il dessine également pour la presse belge, néerlandaise ou française (De Standaard, De Morgen, XXI...) et publie de temps en temps des croquis sur www.urbansketchers.org.

Voir en ligne : http://www.bakame.be

Les dessins précédents