Propose-lui des sardines !

arton1222.pngC

‘est Tanguy qui m’en a parlé la première fois.

Il est tombé amoureux de l’atelier de menuiserie de Lucien et a décidé de poser ses valises à Cauquenes, à trois heures au sud de Santiago du Chili, pour travailler avec lui. Trente ans les séparent et Tanguy est intarissable au sujet de Lucien, ce savoyard, un peu vieil ours, qui a « fuit l’école et le père fouettard » à bord d’un bateau construit de ses mains dans ses montagnes, et qui a appris à naviguer en traversant les océans pour arriver au Chili en pleine dictature. Pendant plus de vingt ans, Lucien a sculpté de petits pingouins ou des tabourets en forme de queues de baleine. Depuis sa rencontre avec Tanguy, il s’est remis à construire des bateaux, toujours avec sa technique du laminé-collé.

On dit même qu’il aurait réalisé un sous-marin totalement fonctionnel !

Je me devais d’aller le rencontrer…
Tanguy ne pouvait malheureusement pas être là le jour où je me suis décidé à lui rendre visite. « Qu’est-ce que je peux lui apporter qui lui ferait plaisir ? », ai-je demandé inquiet de me retrouver seul face à un personnage au caractère bien trempé qui, mal luné ce jour-là, pouvait me fermer la porte au nez.

Tanguy me dit : « C’est très simple, si tu arrives tôt le matin, propose-lui des sardines. Il adore ça au petit déjeuner ! »

Évidemment, mon bus me fait arriver bien plus tard que prévu ; c’est en plein boulot, les pieds dans la sciure, que je le surprend, sans trop savoir quoi faire de mes sardines.

Entre deux découpes stridentes, je lui demande comment il a vécu le tremblement de terre qui a secoué une bonne partie du pays en 2010. Il me répond simplement : « Ça dure moins longtemps qu’une tempête en mer. »

La conversation était engagée. »

Propos recueillis par Marion Quillard

auton109.jpg

Olivier Balez

Né en 1972, je vis au Chili. Illustrateur et auteur de bandes dessinées, j’ai poursuivi ma collaboration avec Pierre Christin après Sous le ciel d’Atacama en signant une biographie de l’architecte urbaniste de New York, Robert Moses (Éd. Glénat). Actuellement en résidence à Angoulême, je prépare une exposition sur les grands bâtisseurs qui transforment nos vi(ll)es.

Les dessins précédents