Rome express

Rome XXI tinyR

ome, berceau de la civilisation occidentale, ville mythique, paysages et monuments grandioses… Des siècles d’histoire. Des millions de touristes. Le monde entier vient visiter Rome. Et pour la visiter, tous les moyens sont bons.

Les tours-operators ne sont jamais à court de propositions. Avant, le summum de l’absurdité touristique était la visite « à la japonaise ». Il n’était pas rare de croiser une colonie de Japonais confortablement installés dans un bus impérial à deux étages, s’arrêtant quelques minutes devant chacun des dix points clés de la ville pour mitrailler les monuments sans descendre du véhicule.

Désormais, il y a plus incongru encore : le Segway tour. De la famille des gyropodes, le Segway est un véhicule électrique monoplace constitué d’une plateforme munie de deux roues sur laquelle l’utilisateur se tient debout. Le Segway peut aller jusqu’à 20km/h. Pour la modique somme de 15 euros de l’heure, le visiteur pressé ou fainéant peut s’offrir les plus belles capitales du monde en mode express avec la promesse de vivre, en prime, « une expérience distrayante et sensationnelle ».

C’est sans doute à cet appel de la technologie qu’avaient cédé les deux cols blancs croisés au pied du Colisée. Déboulant à toute vitesse le long du Foro Romano depuis le pied de la colonne Trajane, les deux salariés en transit s’arrêtent deux minutes chrono devant le Colisée, avant d’opérer une rotation et de repartir en direction de la Piazza del Popolo.

Rome express ! Voir Rome une heure et repartir.

aubry PAulineRVB

Pauline Aubry

Née à Paris en 1981, je n’aurais jamais imaginé devenir un jour « auteur de BD ». J’ai toujours adoré raconter des histoires, mais pas en dessin. Je suis devenue graphiste par hasard. Passionnée par le dessin, je profite de mon congé mat’ pour m’y remettre à fond, et reprendre des études dans une école de BD à Paris, le CESAN. Dans le numéro 30 de XXI, j'ai raconté une partie de mon histoire d'angoissée avec "L'hôpital des ados", un reportage graphique en forme de plongée dans l’univers inhospitalier d’un service de pédopsychiatrie. En janvier 2016, ce travail est devenu un livre, Les Mutants, publié aux éditions Les Arènes.

Les dessins précédents