« Si un homme ne rêve pas, c’est comme s’il était mort »

tetranora_300A

u début de l’année, je suis allé rendre visite à mon ami d’enfance, Ulaş. Ingénieur naval, il s’est pris de passion pour la voile. A l’été 2013, il a quitté la Turquie sur son petit voilier, le Tetranora, pour un tour de la Méditerranée. Il a longé les côtes grecques, croates, italiennes, visité la Sicile, la Sardaigne, puis a accosté à Minorca, dans le port de Mahon, pour passer l’hiver.

 

Sur les quais, des bateaux impressionnants par leur taille et le luxe qu’ils imposent, attendent, alignés et vides, leurs propriétaires qui ne viendront sans doute pas avant la belle saison. Seuls restent au port les atypiques, les originaux. Ici, les destins et les vies des marins se croisent. Pancho vit sans eau ni électricité sur un voilier accosté à une petite île au large du port, à laquelle il accède avec son pneumatique. Il survit en faisant des réparations sur les bateaux des autres. Alvo, babacool, père d’un bébé, tente désespérément de remettre en état son bateau, en cale-sèche. Entre deux joints, il coupe un bout de bois, puis il oublie pourquoi, car il est déjà en train de rêvasser. « Si un homme ne rêve pas, c’est comme s’il était mort », dit-il.

 

Et puis il y a Serapio, 55 ans, que j’ai eu envie de dessiner. Péruvien, Serapio parle six langues, dont le turc et le français. Il a acheté son premier bateau en France vers l’âge de 24-25 ans. Assez petit, court sur pattes, de type costaud, il cache sa tête chauve sous un gros bonnet de laine. Il affiche un sourire franc, une bonhomie communicative et une énergie débordante.

 

Il a vécu treize en Turquie auprès d’un grand armateur dont j’ai oublié le nom. Ses deux filles de 7 et 9 ans sont nées là-bas, à Bodrum. Avec sa femme allemande, il vit aujourd’hui sur ce voilier de 13 mètres, bien entretenu, et confortable. A côté, le bateau de mon ami Ulaş ressemble à un cercueil étroit où deux personnes ne peuvent se mouvoir sans se heurter…

auton75.jpg

Emre Orhun

Emre Orhun, 31 ans, est né à Pékin. Il a ensuite vécu à Stockholm, Ankara, Belgrade, Bruxelles et Oslo. Diplômé de l'école d'illustration Émile-Cohl, il réside et travaille aujourd'hui à Lyon. Il a notamment illustré chez Actes Sud Junior deux contes de Nacer Khémir, Le Chant des génies et La Quête d'Hassan de Samarkand, ainsi que, en livre-CD, Peer Gynt.

Voir en ligne : http://www.emreorhun.com/

Les dessins précédents