Un destin afghan

elsie-wien-097-etenduJ

’ai rencontré Rahmodin à Vienne, dans une maison associative où des étudiants vivent en communauté avec d’anciens SDF et des réfugiés. Ils sont une dizaine de jeunes hommes venus du Moyen-Orient ou d’Afrique. Tous les matins, ils ont une heure de cours d’allemand suivie de deux heures de travail dans des ateliers de textile, de menuiserie ou de réparation de vélo. Rahmodin, le benjamin de la bande, disparaît sous sa casquette dès qu’il n’arrive plus à suivre. Il n’a jamais été à l’école en Afghanistan. Entre deux croquis, je l’ai aidé à faire ses exercices.

Après le déjeuner, avec les animateurs bénévoles et les jeunes réfugiés, je propose à Rahmodin de faire son portrait. Je lui demande comment il est arrivé en Autriche. « J’ai rejoint mon frère aîné », répond-il.  « Il a quitté l’Afghanistan avant moi. Il avait appris l’anglais et travaillait comme interprète pour les Américains. Les Talibans le recherchaient car ils le considéraient comme un traître » « Et tes parents ? » Le regard de Rahmodin se dérobe. « Je n’ai plus de parents. »

Je n’ose plus le questionner. Il continue :

- Ils sont morts, ma petite sœur aussi. Les Talibans les ont tués.

- Tu n’étais pas là ?

- Si. J’étais caché.

- Tu avais quel âge ?

- 14 ans.

- Et ta petite sœur ?

- 8 ans.

Rahmodin se tait quelques instants puis poursuit : « Mon oncle m’a recueilli mais il ne pouvait pas me garder chez lui. Je suis parti une nuit avec d’autres jeunes. On a marché pendant 4 mois. »

Rahmodin a retrouvé son frère à Vienne il y a deux ans. Il a aujourd’hui 19 ans et n’a pas encore obtenu l’asile.

TAMPON-LEZARD-ELSIE-300

Elsie Herberstein

Elsie travaille à un carnet de reportage sur une association autrichienne, la VinziRast, qui accueille et accompagne des personnes sans-abri et des migrants. Auteur et dessinatrice, elle a publié des carnets de voyage et de reportage en Afrique du sud, au Tibet, à Zanzibar, au Cambodge et à Alger. Ses autres ouvrages, ancrés dans le quotidien, abordent aussi bien le monde de la rue et des hôpitaux que celui de la mémoire de la Shoah.

Les dessins précédents