Lettre à une Calaisienne

C’est autour d’un café à XXI que s’est dessinée chez Emmanuel Carrère l’idée de raconter Calais, cette ville devenue balcon de la « jungle ». Le constat était là, évident : quand les regards étaient braqués sur cette « jungle » disséquée sous toutes les coutures, Calais et ses habitants restaient dans l’ombre. Comme s’ils n’existaient pas, comme si la « jungle » était hors-sol. Pour retrouver de la justesse, il fallait recoudre ce lien entre Calais et la « jungle », deux faces d’une même réalité. Alors l’écrivain y est parti, à Calais. Sans trop savoir ce qu’il allait y trouver. Et surtout pas cette lettre un jour déposée à la réception de son hôtel. « Que venez-vous faire ici ? » l’interpellait son auteur Marguerite Bonnefille, un pseudo. La missive, forte et sincère, sonnait comme un défi. Emmanuel Carrère l’a relevé. Il répond à Marguerite Bonnefille dans ce numéro de XXI. Par une magnifique Lettre à une calaisienne.